Retour

épisode 15

Naître fille

Inde, 2010

Publié le 24 janvier 2017

compléments

de la jarre au sac plastique

Si la coutume de l’étouffement dans la jarre de terre cuite est passée de mode, la pratique actuelle dans les campagnes indiennes est plus moderne, une militant de l’ONG Parivartan témoigne :

On retrouve des bébés filles étouffées dans des sacs plastiques jetés derrière un buisson.

Le total annoncé globalement est de plusieurs centaine de milliers de filles qui ne sont pas nées ou ont été tuées en bas âge dans les quarante dernières années, sur une population globale de plus d’un milliard 200 millions habitants.
 

génération de célibataires

La pénurie de femmes commence à se faire sentir en Inde et ce n’est qu’un début. Certaines régions sont déjà peuplées de groupes de célibataires qui n’ont rien d’autre à faire que de boire et traîner ensemble. L’arrangement d’un mariage, encore la règle d’une majorité de familles, devient chose difficile, surtout pour trouver l’épouse, mais finira peut-être par abolir dans les faits le système de la dot, interdite depuis 1961 mais toujours pratiquée.

fils unique

La politique nataliste de la Chine impose un seul enfant par couple depuis la politique de l’enfant unique de 1979. Comme en Inde, beaucoup s’arrangent pour que ça soit un garçon. En 2005, les démographes ont repéré un déséquilibre entre les sexes avec 116 garçons pour 100 filles ce qui a pour effet d’augmenter le trafic humain et la prostitution.

travesti

En Afghanistan, une coutume veut que des familles qui n’ont que des filles en travestissent une en garçon le temps qu’elle arrive à la puberté. La coutume est tolérée par la société qui accepte ces petits garçons manqués comme de petits hommes, qui fréquentent la société des hommes, sort pour accompagner ses sœurs et fait tout comme un garçon. En général, elles retrouvent leur statut de femmes lors de l’apparition de leur cycle menstruel mais il est parfois difficile pour ces filles de perdre la liberté dont elles ont bénéficié en tant que garçons.

supériorité masculine

De tous temps et partout dans le monde les femmes ont été considérées comme des être faibles, incapables de dominer leurs pulsions.
Même les sociétés polyandres, qui autorisaient les femmes à prendre plusieurs maris le faisaient pour faire perdurer une lignée masculine, la femme épousant souvent une fratrie toute entière. Lors des premières observations du liquide séminal masculin au microscope, les médecins ont même cru reconnaître un petit humain dans un spermatozoïde, réduisant longtemps la gestation féminine au simple hébergement de l’œuf masculin.

Iconographie

Webographie

  1. Wikipedia (foeticide in India)
  2. YouTube (documentaire Arte Le Pays qui n’aimait pas les femmes)

Bibliographie

  1. Bénédicte Mannier, Quand les femmes auront disparu : l’élimination des femmes en Inde et en Asie, Ed. La Découverte, 200 p., 2008
  2. Jenny Nordberg, Ces petites afghanes que l’on déguise en garçons, GéO N°384, Février 2011

Musique

Concerto pour hautbois op9 de Tomaso Albinoni interprété par Paul Arden Taylor