Retour

épisode 16

Fluide divin

Mexique, 1486

publié le 27 février 2017

compléments

chochottes de conquistadors

Les conquistadors espagnols n’avaient pas spécialement la réputation d’être sensibles ou impressionnables. Ils se sont même forgés une solide réputation de soudards torturant, massacrant et pillant allègrement cette Amérique qu’ils ont asservie par le feu et le fer. Pourtant ces fiers guerriers ont été impressionnés par la cruauté dont ils sont témoins de la part des indigènes : sacrifices humains, cannibalisme, prisonniers torturés…
Hernan Cortès estimait que les Aztèques procédaient à plus de 3000 sacrifices par an.

Quetzalcoatl

Le serpent à plume de Quetzal, une des principales divinités pan-mésoaméricaines, a participé à la création des hommes selon la mythologie Aztèque. Réduits à l’état d’ossements par des destructions passées, c’est le sang du dieu serpent, mélangé à la poudre des os humains qui aurait permis leur renaissance.

mayas etc.

Si la civilisation Aztèque semble avoir mené la logique sacrificielle et violente à un degré élevé, le phénomène semble avoir été général sur une grande partie des civilisations précolombiennes sud-américaines. Les Mayas, à peu près localisés dans la même région mais un millénaire plus tôt, pratiquaient déjà des sacrifices rituels. Le sang était selon eux nécessaire à la survie des dieux et des hommes. La pratique de l’automutilation était courante. Les hommes s’incisaient le pénis et les femmes la langue pour récolter le liquide et le brûler mais les prisonniers et des esclaves étaient également sacrifiés, un sort enviable selon leur mythologie, la mort n’étant qu’une renaissance.

Iconographie

Webographie

  1. wikipedia (sacrifices Aztèques)

Bibliographie

  1. Jacques Soustelle, La vie quotidienne des Aztèques à la veille de la conquête espagnole, Hachette, 1955
  2. Serge Gruzinski, Le destin brisé de l’empire Aztèque, Découverte Gallimard, 1987.

Musique

Fantaisies op16 de Felix Mendelssohn interprété par Bui-Nguyen Trieu-Tuong