Retour

épisode 25

La Roue

Europe, XVIe

publié le 18 décembre 2017

compléments

Rouer de coups

Le supplice à l’origine de l’expression française est institué sous François Premier pour punir les bandits de grand chemin.
La roue, en tant qu’accessoir, est utilisée depuis l’antiquité comme moyen de torture, les premiers chrétiens ont notamment été torturés avec des machineries comprenant des roues diverses, qui écrasaient, lacéraient ou déchiquetaient.
Le supplice décris dans la vidéo est plus récent et au début la lourde roue de chariot était également utilisée par le bourreau pour briser les membres, le condamnés recevait au total entre 9 et 11 coups pour briser les os. On trouve parfois la représentation d’un roué pour évoquer Saint Georges de Lydda, comme sur la fenêtre de l’église de Tübingen (voir iconographie) ou sur les armoiries de la ville de Molsheim, en Alsace.

retentum

Le coup final, connu sous le nom de retentum, était souvent destiné à tuer le condamné pour lui éviter les souffrances de l’exposition. Le bourreau pouvait aussi étrangler le supplicié après ou avant de lui avoir brisé les os.
Si le retentum était donné avant, le supplice était donc réalisé sur un cadavre. Ce coup «de grace» pouvait être une faveur accordée par le tribunal ou un arrangement de la victime avec son bourreau.

Calas, Cartouche & Mandrin

Les deux célèbres bandits français ont été rompus, Louis Dominique Cartouche en 1721 à Paris en place de grève, Louis Mandrin en 1755 à Valence.
La célèbre complainte de Mandrin est donc inexacte puisque les paroles évoquent la pendaison :

Ils m’ont jugé à pendre,
Que c’est dur à entendre
A pendre et étrangler
Sur la place du, vous m’entendez,
à pendre et étrangler
Sur la place du marché.



Mandrin est rompu vers 17h, devant près de 6000 curieux, exposé sur la roue il sera par contre vraiment étranglé au bout de huit minutes sur faveur de l’évêque.

Le protestant Jean Calas, accusé d’avoir assassiné son fils pour éviter sa conversion au catholicisme est roué en 1762 à Toulouse. Il bénéficie d’un retentum et est étranglé après deux heures d’exposition. En France il semble que le dernier supplice de la roue ait eu lieu en 1791, aboli par la Révolution. En Prusse le dernier supplice daterait de 1841 mais il n’est donc officiellement aboli que dix ans plus tard.

Iconographie

Webographie

  1. wikipedia (le supplice de la Roue)

Bibliographie

  1. Martin Monestier, Peines de mort, Paris, Le cherche midi, 2004, 300p.
  2. Fernand Nicolaÿ, Histoire sanglante de l’Humanité, Ed. Pierre Téqui, Paris, 1909, 377p.
  3. Jacques Delarue, Le métier de bourreau : du Moyen âge à aujourd’hui, Ed. Fayard, Paris, 1989, 439p.

Musique

Sonate pour piano D664 de Franz Schubert interprétée par Paul Pitman