Retour

épisode 27

Les veaux de la B42

Allemagne, 1455

publié le 14 mars 2018

compléments

Massacre à Poudlard

Quand Harry Potter prépare ses fournitures scolaires pour aller Poudlard, il achète du «Parchemin et des plumes».
Les élèves de Poudlard utilisent du parchemin pour leurs devoirs, admettons que chaque élève utilise en moyenne l’équivalent de 10 feuilles par semaine. Des sites de fans estiment à 280 le nombre total d’étudiants répartis dans les différentes maisons.
En comptant 36 semaines de cours et étant donné qu’on peut extraire en moyenne 4 pages de format standard de la peau d’un seul mouton, on peut évaluer qu’une école comme Poudlard consomme les peaux de 25 200 moutons par an.
On peut en déduire qu’il doit y avoir souvent du ragout de mouton au menu de la cantine à Poudlard…

B42

Si le papier est une invention venue d’Asie, l’impression avec des caractères mobiles en métal existait en Corée depuis le XIIIe siècle.
L’invention de Gutenberg et de ses associés tient surtout à la conjonction de diverses techniques, à la qualité de l’alliage utilisé pour les caractères et à l’invention d’une presse à bras qui a permis l’impression de ce premier livre.
Vendue par souscription à des institutions religieuses, des universités ou des personnes fortunées, la B42 était vendue environ 30 florins, l’équivalent de trois ans de salaire d’un clerc de l’époque ce qui était toujours infiniment moins que le prix d’un livre recopié à la main.
Vingt exemplaires complets de la B42 ont traversé les siècles jusqu’à nos jours sur les 180 imprimés en 1455. Six exemplaires sont sur vélin. La British Library et la BNF ont eu la bonne idée de numériser leurs exemplaires, ce qui permet de les comparer.

Dans l’cochon…

On sait que l’homme a utilisé les os, les dents, les sabots, les plumes, le crin, la laine, les bois et autres cornes des animaux qu’il chasse ou qu’il élève. Si les cordes d’instruments sont maintenant pour la plupart en acier tressé, certaines sont encore fabriquées avec du boyau de mouton tout comme certaines raquettes de tennis ont encore un cordage en boyau de vache, ces cordes sont souvent qualifiées de “naturelles”.
La peau synthétique n’est utilisée pour la couverture des percussions que depuis le milieu du XXe siècle. Les peaux de veaux et de chèvres, morts-nés de préférence, y sont toujours utilisées, avec celles de poissons ou de reptiles. Les carapaces et autres coquillages sont également utilisés dans la fabrication des instruments de musique comme caisse de résonances.
Si l’usage de l’ivoire est réglementé, on trouve encore nombre d’objets usuels fabriqués à base de corne ou d’écailles. Et ne parlons pas des fourrures ou du cuir.

Palimpseste ? Incunable ?

Ces deux jolis mots de la langue française sont tous reliés à l’histoire des supports écrits.
Un Palimpseste désigne un manuscrit écrit sur un support déjà écrit mais nettoyé et gratté pour recevoir un nouveau texte. Cette forme de recyclage était en usage entre le VIIe et le XIIe, le parchemin était cher les copistes avaient donc l’habitude d’effacer les textes désuèts ou simplement considérés comme mineurs au nom des considérations de l’époque.
Un incunable est un livre imprimé entre 1455, date de la fin d’impression de la B42, et 1501. On appelle donc ainsi les premiers livres de l’imprimerie européenne.
Il resterait un peu plus de 30 000 incunables conservés pour la plupart en Europe, d’après les chiffres de l’Incunabula Short Title Catalog, 35 % se trouveraient en Italie, 34 % en Allemagne, 18 % en France, 8 % aux Pays-Bas, 3 % en Espagne, 1 % en Grande-Bretagne et 1 % dans d’autres pays européens.

Iconographie

Webographie

  1. wikipedia (Bible de Gutenberg)
  2. le Blog de Gallica (la B42 sur Gallica)
  3. British Library (comparaison d’une B42 sur papier et d’une sur vélin)
  4. Histoire Bibliophilie (localisation des exemplaires restants de la B42)
  5. Site d’un artisan parcheminier (Parcheminerie Dumas à Annonay)

Bibliographie

  1. revue XXI, hors série, Histoire des livres, 2009, 60p.

Musique

Air de trompette de Jeremiah Clarke interprété par Michel Rondeau et Aline Letendre