Retour

épisode 30

Terreur à Louxor

Egypte, 1997

publié le 21 juin 2018

compléments

Terror never wins ?

Avec le temps, les organisations terroristes envisagent souvent de passer par des voies politiques plus fructueuses comme l’IRA en Irlande, ETA en Espagne, le Hamas en Palestine ou même Gamaa al-Islamiya évoqué dans cette vidéo.
En 1997 l’objectif des terroristes de Louxor était d’affaiblir l’économie de l’état egyptien, de faire libérer leur leader emprisonné aux Etats-Unis et à terme d’instaurer une république islamique en Egypte.
Si l’industrie égyptienne du tourisme a effectivement eu à souffrir de l’attentat, les réservations sont reparties de plus belle moins d’un an après, laissant une marque à peine visible dans l’économie du pays. Gamaa al-Islamiya a abandonné les actions terroristes quelques mois après l’attaque de Louxor, le leader en question est resté en prison où il est mort en 2017

Complaisance médiatique

En 1997, le journal Suisse Blick avait un peu abusé du sensationnalisme en diffusant une photo truquée sous le titre Un pays comme s’il était en guerre (“Ein Land wie im Krieg”). La photo d’une rigole d’eau sortant du temple d’Hatshepsut avait été transformée en flot de sang par une petite manipulation colorimétrique.
La révélation de la manipulation avait contraint le journal à des excuses publiques. Il faut bien dire que parfois les médias en rajoutent sur le terrorisme qui leur assure l’attention d’une population en émoi sans se rendre compte qu’ils font d’une certaine manière partie de la mécanique terroriste.
En mars 2018 la chaîne de télévision BFMTV se félicitait même d’avoir atteint des sommets d’audience lors de la retransmission des obsèques du Colonel Arnaud Beltrame décédé après une prise d’otage dans l’Aude, ce qui assez maladroit… ou cynisme.

Zélotes et guerre perpétuelle

Actuellement, le terrorisme est souvent considéré par les médias ou les politiques comme l’ennemi le plus important des pays occidentaux. Ne pouvant se mesurer aux forces militaires occidentales, c’est souvent la seule forme de conflit que des groupes militaires dissidents peuvent adopter.
C’était déjà la cas au premier siècle lorsque la secte juive des Zélotes attaquait le puissant occupant romain avec des actions ciblées de guérilla et des assassinats de soldats romains.
Les analystes et stratèges modernes ont intégré le phénomène et appellent ça la guerre perpetuelle de faible intensité qui trouve ses origines dans les guerres du Vietnam, d’Afghanistan ou d’Irak.
Si l’écho médiatique est l’effet souhaité, il est assez logique que les groupes terroristes cherchent à toucher les points les plus sensibles de leurs ennemis pour créer le choc, ici le tourisme, le patrimoine historique, la culture, l’éducation…
Il est pourtant bon de rappeler que plus de 90% des attentats terroristes récents ont eu lieu sur des territoires non occidentaux et que l’immense majorité des victimes sont musulmanes.
On peut également rappeler qu’en 2015, année des massacres de Charlie Hebdo et du Bataclan, le nombre de décès dûs au terrorisme en France (148) reste inférieur à celui des morts par noyade (436), des accidents du travail (545) ou des suicides (environ 9000) par exemple. Pas sûr que le temps médiatique accordé à ces différentes mortalité ait été tout à fait proportionnel.

Iconographie

Webographie

  1. grandreporters.com (La vérité sur la tuerie de Louxor)
  2. wikipedia (article sur le massacre)
  3. Police Fédérale Suisse (Synthèse de l’attentat, 2000)
  4. geotourweb.com (chiffres du tourisme en Egypte)
  5. Global Terrorism Database (chiffres du terrorisme)

Bibliographie

  1. Thomas Hippler, Le gouvernement du ciel, Les prairies ordinaires 2014, 270p.

Musique

Concerto pour deux violons de Christoph Graupner interprété par Corey Cerovsek