Retour

épisode 32

Charlemagne contre les païens

Allemagne, 782

publié le 24 septembre 2018

compléments

Chiffres

Le massacre de Verden a été remis en cause par un certain nombre d’historiens sur le principe qu’il est assez peu probable que 4500 guerriers aient pu être faits prisonnièrs et tués en un temps si court.
Ils évoquent dix fois moins de victimes ou un problème de traduction dans une des sources qui évoque le massacre, une confusion entre le verbe latin decollare (décapiter) et delocare (déplacer). Néanmoins il semble que l’épisode ait été une tache durable sur la réputation de Charlemagne, signe de sa probable authenticité.

L’empereur à la moustache humide

Si on en croit les chroniques de l’époque, les pièces de monnaie à son effigie et la seule statue connue faite de son vivant, Charlemagne n’était pas barbu.
La licence poétique de la « barbe fleurie » ne s’est installée qu’avec la Chanson de Roland, écrite trois siècles plus tard, une époque où la barbe était signe de pouvoir et de virilité.
Il semble que Charlemagne était un homme moustachu, de grande taille, n’aimant pas l’ivresse et amateur de sport, notamment de natation.

Widukind ou Wittekind

On connaît peu de chose de Widukind, le chef saxon opposant historique de Charlemagne. Aussi orthographié Wittekind, son nom correspond à Wald Kind, enfant de la forêt, nom donné aux loups. Si le chef saxon ne faisait pas partie des victimes du massacre de Verden, c’est qu’il avait fui.
Il a d’ailleurs fini par se convertir au christianisme en 785. Il meurt en 810, quatre ans avant son impérial ennemi.

Sévère capitulaire

Le Capitulaire De partibus Saxoniae est un ensemble de lois dont l’objectif était d’imposer le christianisme aux païens en 785.
Étaient punis de la peine capitale la crémation des morts, l’enterrement sous des tumulus, les pratiques sacrificielles, la rupture du jeûne du Carême, l’attentat contre un ministre, un objet ou un lieu de culte et le refus du baptême. Faire un voeu à une fontaine ou dans une forêt magique était puni d’amende.
Le Capitulare Saxonicum de 797 revient de façon plus clémente sur ces règles et commue la plupart des peines en amendes.

Irminsul

A l’époque, le peuple saxon vénérait une divinité totémique appelée Irminsul, un arbre ou grand pilier cosmologique qui tenait le ciel, croyance assez répandue dans les cultures nordiques. Charlemagne s’est employé à faire tomber ces représentations païennes en les faisant abattre dans l’objectif de remplacer ces croyances par la foi chrétienne.

Cérémonial nazi

Le massacre de Verden a fait l’objet d’une récupération par le régime nazi. En 1935 Heinrich Himmler surveille en personne la construction d’un chemin de mémoire planté de 4500 pierres symbolisant les victimes saxonnes et situé à Verden an der Aller, situé en Basse-Saxe, lieu supposé du massacre.
Le monument devait symboliser la résistance allemande face au pouvoir envahisseur étranger mais quelques temps après, sans se soucier de préserver une quelconque cohérence, Hitler a choisi de célebrer la figure de Charlemagne en tant que premier fondateur d’un Reich millénaire allemand.

Iconographie

Webographie

  1. wikipedia (article sur le massacre de Verden)
  2. krapoo arboricole, blog arboricole (article sur la divinité Irminsul)

Bibliographie

  1. Joseph Calmette, Charlemagne, sa vie son oeuvre, Editions Albin Michel, 1945, 314p.
  2. Jean Favier, Charlemagne, Ed. Fayard, 1999, 769p.
  3. Louis Favier, études critiques sur l’histoire de Charlemagne, Revue historique, T.130, Fasc.2 (1919) Presses Universitaires de France, pp.252-278.
  4. Alain Brose, Charlemagne dans l’idéologie national-socialiste, Revue belge de Philologie et d’Histoire Année 2015 93-3-4 pp. 811-842

Musique

Concerto pour Hautbois de Tomaso Albinoni interprété par Paul Arden Taylor