Retour

websérie documentaire

à propos

Mais… pourquoi ?

Websérie d’animation, Horror humanum est a comme objectif de remettre en mémoire quelques jalons sanglants de l’Histoire humaine.

L’objectif n’est pas de recenser toutes les batailles et les massacres, le travail serait trop considérable… Ce n’est pas non plus un «palmares», un worst-of de l’histoire humaine ni même une tentative d’étalonnage de la barbarie.

Son sujet est plutôt de remettre en mémoire quelques méfaits commis au nom de logiques sociales et culturelles dont la bizarrerie et l’horreur ne se révélent qu’à la mesure de nos valeurs actuelles.

Car la série veut rappeler combien les notions de civilisation, de morale, les valeurs de bien et de mal sont relatives à une culture et une époque.
Si nous vivons objectivement dans l’époque la moins violente de l’histoire de l’humanité, il est bon de rappeler le chemin accompli pour qu’on se souvienne des mécanismes de la barbarie et des tentations meurtrières du caractère humain.

Résumer un fait historique en deux minutes peut sembler simpliste, loin de la complexité des faits, du contexte culturel et social et de la nécessaire interrogation des sources.
Il faut garder à l’esprit que la série n’est pas l’oeuvre d’un historien mais d’un graphiste intéressé par l’Histoire et qui cherche à partager quelques connaissances, forcément imparfaites. Je suis persuadé que la plupart de ces faits sont ignorés de beaucoup, tout comme j’en ignorais la plupart avant d’entreprendre mes recherches pour écrire ces épisodes.

Ce site se veut un complément aux vidéos, donnant les références manquantes que l’animation, forcément réductrice, ne fait qu’effleurer afin de donner quelques directions au spectateur curieux, il doit bien en exister…

J’espère surtout que la série saura divertir ceux qui auront la curiosité de la regarder.

Historique du projet

Après la réalisation de quelques courts-métrages, je me suis dit qu’il y avait dans la grande Histoire du Monde matière à une petite série animée au ton grinçant.

J’ai préparé un dossier et sollicité en 2012 une aide à l’écriture auprès du CNC (Centre National du Cinéma et de l’image animée). Le petit dossier a su séduire la commission qui m’a généreusement octroyé 12 000 euros finançant le travail d’écriture de la série.

Après avoir digéré des milliers de pages de lectures diverses et fait des recherches en bibliothèques et sur internet, j’ai mis la touche finale à un dossier de 140 pages avec 55 épisodes, entièrement écrits et documentés.

La série n’a cependant pas su attirer l’attention d’un diffuseur et aucune chaîne télé sollicitée ne s’est montrée intéressée par le projet.

Et sans diffusion, pas de production.
Le projet était donc voué à l’abandon. J’ai fini par décider de le produire et de le diffuser en ligne en faisant tout moi-même alors que je rêvais de diriger une équipe d’animateurs et d’artistes voués à la fabrication de ma petite série.

Elle n’est donc pas exactement comme je l’avais pensée ; par défaut de financement je suis contraint de faire des choses que j’ai peu l’habitude de faire, la partie sonore étant pour moi la plus délicate… Pas non plus de consultant historien pour valider les sources et corriger l’écriture, pas de voix célèbre pour interpréter le texte, de musique sur mesure autre que celle faite généreusement par Peter Orins pour les épisodes pilotes, juste moi devant mon ordinateur avec mes petits outils.

Pas de temps dédié à la réalisation, ça veut donc dire que je produirai les futurs épisodes au gré de mes disponibilités. J’espère pouvoir faire un épisode par mois mais rien n’est sûr.

Si la série rencontre un quelconque public, je l’espère donc patient.

Les épisodes seront publiés sans ordre précis, avec l’unique souci d’éviter la répétition, des thèmes, des lieux et des sujets.

Crédits

Cédric Villain, 45 ans, enseignant d’arts appliqués à Roubaix et réalisateur de films d’animation est le maître d’œuvre de ce projet, de la première virgule d’écriture à la feuille de style du site web. Vous pouvez me contacter en utilisant le formulaire de contact dont le lien est situé en bas de cette page.
Les traductions anglaises sont de Susan PICKFORD.
La typographie utilisée est la Corporative Soft de la fonderie Chilienne Latinotype
Site propulsé par Dotclear et hébergé par 1and1.com
Vidéos hébergées chez YouTube et Vimeo.

L’utilisation de ces vidéos et des informations contenues sur ce site sont libres dans un cadre pédagogique et/ou gratuit. Toute autre utilisation ou diffusion réservée, merci de me contacter.

Remerciements

Martin GRANGER, Peter ORINS, Anne-Lise BAIDER, Emmanuelle VILLAIN, Olivier BOUSQUET, Robert MUCHEMBLED, la commission du CNC, Fabienne GIEZENDANNER, Adrien BARREAU, Sébastien PÉRIER, Nicolas DUFRESNE.

Soutenir le projet

Si le projet vous semble digne d’intérêt, vous pouvez déjà commencer par le diffuser auprès de vos contacts et connaissances. Ensuite vous pouvez également me faire un don via Paypal en suivant ce lien.
Je n’irai pas forcément plus vite à produire mais ça fera toujours plaisir et ça permettra peut-être d’en améliorer la qualité.

Bibliographie générale

Chaque épisode est accompagné d’une série de références et de liens. Voici une petite liste d’ouvrage généraux.

  1. Thierry Camous, La violence de masse dans l’histoire, Paris, Puf, 2010, 198 p.
  2. Terry Deary, The Horrible history of the world, Ed. Scholastic, 2007, 96 p.
  3. Terry Deary, Horrible histories, France, Ed. Scholastic, 2002, 175 p.
  4. David El Kenz (sous la direction de), Le massacre objet d’histoire, Paris, Gallimard Folio histoire, 2005, 560 p.
  5. Michel Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, 359 p.
  6. Sigmund Freud, présenté par Clotilde Leguil, Le Malaise dans la civilisation, Ed.Points, 2010 184 p.
  7. Grégory Jarry et Otto T., Petite histoire des colonies françaises, Ed. FLBLB, Intégrale 2014, 640p.
  8. Park Kun-woong et Chung Eun-yong, Massacre au pont de No Gun Ri, Ed. Vertige graphic et Coconino Press, 2007, 612p.
  9. Phil Mason, Les testicules de Jeanne d’arc et autres surprises de l’Histoire, Ed de l’opportun, 2009, 330 p.
  10. Martin Monestier, Peines de mort, Paris, Le cherche midi, 2004, 300 p.
  11. Robert Muchembled, Une histoire de la violence, Paris, Seuil, 2008, 498 p.
  12. Robert Muchembled (sous la direction de), présenté par Alain Corbin, Violences sexuelles, Ed. Imago, 1989.
  13. Fernand Nicolaÿ, Histoire sanglante de l’Humanité, Ed. Pierre Téqui, Paris, 1909, 377 p.
  14. Steven Pinker, The better angels of our nature, why violence has decline, Penguin Books, 2011, 802 p.
  15. Guy Richard, L’histoire inhumaine : Massacres et génocides des origines à nos jours, Paris, Armand Colin, 1992, 479 p.
  16. Jacques Sémelin, purifier et détruire, Usages politiques des massacres et génocides, la couleur des idées, Seuil, 2005, 486 p.
  17. Jacques Tardi, C’était la guerre des tranchées, Ed. Casterman, 1993